Je remercie les éditions Albin Michel pour l'envoi de ce roman :)

                                  pechblende lacroix

  

Nous sommes en 1938, Lucien, un jeune homme de 16 ans élevé dans le culte communiste devient apprenti-librairie aux « Corps intermédiaires », une librairie spécialisée qui appartient à un certain Edouard Mesens. C’est dans ce paradis de livres qu’il rencontre (ou plutôt voit) pour la première fois Laura, une italienne de 19 ans… Elle est étudiante en physique au collège de France et est aussi aide laborantine auprès des Curie. C’est là que la « pechblende » apparait ! Ce matériau, objet de travail de l’équipe de Laura sur la « scission nucléaire » (et donc sur la bombe atomique)…

 

Dans ce roman, on suit Lucien. On le voit évoluer dans le milieu des livres : découvertes, apprentissage chez un relieur nommé la Taupe. Et on le voit s’épanouir en amour ! Mais on suit aussi le pays tout entier, les réactions des uns et autres face à l’occupation et ce qui suit : ceux « pour », ceux « contre », ceux qui deviennent des victimes, ceux qui deviennent acteurs…

Pechblende est un roman sur la seconde guerre mondiale (et sur l’avant-guerre) qui met en avant la vie des civils (par les protagonistes de l’histoire), leurs choix et les actions qu’ils mènent pour survivre et/ou protester contre l’occupant et la guerre : résistance, faux papiers, refus de s’engager…

 

C’est un roman que j’ai globalement apprécié, notamment car il est question du milieu des livres pendant cette période de l’Histoire (les librairies qui ferment car leurs propriétaires sont juifs, la liste Otto…) et que l’auteur nous dépeint une image des civils pendant cette période (ils doivent vivre malgré tout ce qui se produit autour d’eux, ils doivent faire de durs choix…). Le côté « scientifique »/« physique » m’a un peu moins plu (ce n’est que mon avis personnel), cependant le fait qu’il soit mis en parallèle avec le milieu des livres est quelque chose de vraiment original : on se retrouve avec, d’un côté Lucien (les livres) et Laura (la physique), tout ceci relié (par l’amour) !

Cependant, je ne me suis pas vraiment attaché aux personnages, et j’ai eu du mal à rentrer dans le livre et à bien comprendre certains faits à des moments précis dans le roman. Bien que différents thèmes comme l’amour et l’aventure soient présents dans le roman, je n’ai pas été emportée dans cette histoire.

Malgré mon ressenti mitigé, « Pechblende » reste un roman très intéressant grâce auquel le lecteur apprend de nombreuses choses. Jean-Yves Lacroix a aussi fait un énorme travail de recherche, et son écriture est vraiment agréable à lire.

 

 

« Jef, Pitorque, Monny : Lucien découvrait l’existence des juifs dans son entourage. Jusqu’à la victoire des Allemands, il était certain de n’en avoir jamais distingué aucun. Ni au lycéeHenri-IV, ni dans la boutique du grand-père, ni derrière les étals du marché, rue de Seine.[…] Lucien ne voyait en France que de simples Français et des agents de l’étranger. »

« En 1925, lorsqu’il s’était décidé à quitter Belgrade pour rejoindre Paris, il croyait avoir choisi le pays des hommes libres. A ses yeux, seule la patrie des Lumières incarnait la tradition de l’esprit, la lutte séculaire de l’humain contre la barbarie. »

 

Bonne Lecture :)