d'or et

 

 

Résumé de l’éditeur :

Ils ont été les derniers rois de la Renaissance. Violents, cruels, dégénérés, soumis à la férule de Catherine de Médicis, mère abusive, régente ambitieuse, qui tiendra jusqu'au bout un pouvoir que ses fils étaient incapables d'assumer. François II, Charles IX, Henri III, le duc d'Anjou… tous disparaitront dans la fleur de l'âge, assassinés, emportés par la maladie ou la folie.

Libre, rebelle, sensuelle, leur sœur Marguerite, « la perle des Valois », affiche une vie dissolue, collectionnant les amants. Elle acceptera pourtant de se plier à la raison d'Etat en épousant Henri de Navarre, le futur Henri IV.

Femme fatale, la reine Margot domine l'extraordinaire roman de Catherine Hermary-Vieille qui nous plonge dans les fastes et les horreurs d'une cour de France hantée par les espions, les empoisonneurs et les spadassins, gouvernée par des fauves sanguinaires qui s'entredéchireront jusqu'à la mort de leur dynastie.

 

 

Un roman qui nous amène au cœur de la cour, de son « atmosphère irrespirable » et de ses engrenages.

Un roman qui nous invite à chaque bal et qui nous place au centre de chaque complot.

Un roman empli de faits, figures et détails historiques (comme le passage sur la Saint Barthélémy avec le meurtre de nombreux protestants dans Paris et d’autres villes de France) !

 

Le personnage de la Reine Margot, est, curieusement, le personnage central de ce roman : j’ai beaucoup apprécié suivre cette femme, et découvrir sa vie tout au long de cette Histoire ! Elle arrive à « détrôner » de façon indirecte la première place de Catherine de Médicis aux yeux du lecteur, qui apparait comme aigri et avec un seul mot à la bouche : « pouvoir ».

On ouvre ce roman le cœur en alerte avec la curiosité d’entrer dans ce siècle, dans cette cour. Puis, on le referme la tête remplie d’informations, de détails, avec l’impression d’avoir regardé un documentaire historique ou encore d’avoir vu en direct tous ces évènements.

Et oui, tout cela n’aurait pas pu se faire sans l’écriture de l’auteure : une plume précise, claire et instructive. Une plume qui nous projette, sans difficulté, dans l’Histoire.

Complots, alliances, unions/ mariages : tels sont les maîtres mots de cette cruelle cour où l’opinion et le paraître semblent être les choses les plus importantes, et où les liens familiaux peuvent aussi être destructeurs.

 

« Plus elle s’éloigne de Pais, plus Margot se sent libre. En fin elle va pouvoir donner la mesure d’elle-même, ne plus être écoutée avec malveillance, épiée dans ses moindres gestes, critiquée par le roi qui se permet toutes les libertés et ne lui en accorde aucune. »

« - Si le peuple se détourne d’Henri, prononce Margot d’une voix vibrante, alors tu seras roi. »

 

 

Petite note : J’ai beaucoup apprécié le fait de trouver (à la fin du roman) les arbres généalogiques de chaque maison (Valois, Guise…), ce qui a facilité ma lecture et ma compréhension tout au long du roman !

 

Bonne Lecture :)