Tout a commencé dans une librairie. Ma soif de lectures m’avait premièrement attirée vers des romans que je souhaitais lire depuis longtemps. Quelques secondes (plutôt minutes) plus tard, trois romans dans les mains, je m’aventure dans tous les rayons, guettant par-ci par-là par pure curiosité ! Mais un nom attira mon attention : Tracy Chevalier. On m’avait tant parlé de cette auteure, de sa plume et surtout d’un de ses romans, La jeune fille à la perle, que je n’ai pas résisté à l’appel de ce livre !

Et me voilà donc aujourd’hui avec mon avis concernant ce roman !

 

                                        la jeune fille

Résumé de l’éditeur :

La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l'âge d'or de la peinture hollandaise. Griet s'occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s'efforçant d'amadouer l'épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives.
Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l'introduit dans son univers. À mesure que s'affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville...

 

Je ne pouvais pas espérer mieux, ce roman est enivrant, rempli d’émotions et de vie ! La plume de Tracy Chevalier a un je ne sais quoi de doux et simple, et est juchée de symboles poétiques !

L’histoire en elle-même est magnifique ! Elle m’a fait passer par toutes les émotions possibles (et j’ai même eu les larmes aux yeux à un moment !). On découvre cette jeune fille, on la suit, on est là quand se crée cette relation spéciale avec Wermeer. On l’aide à grandir, à évoluer au sein de cette maison et de ce contexte (familial et religieux) qui n’est pas le sien ! Et on s’attache forcément à elle ! J’ai notamment trouvé la relation qu’elle a avec son père très intéressante : poétique et artistique (mais je ne vous en dis pas plus sur ce point).

J’ai aussi beaucoup aimé le fait que cette histoire mette en avant les différences sociales (avec le parallèle que l’on peut faire entre la famille de Griet et la famille du peintre) et les mœurs (notamment en ce qui concerne les filles/ femmes) de l’époque.

Ça se lit comme une succession de scènes, une succession de petites peintures… C’est bien plus qu’un roman. C’est un tableau sur la vie d’une jeune fille : La jeune fille à la perle !

 

Bonne Lecture :)