le rouge vif de

 

Résumé des éditions Zulma :

Souvent aux beaux jours, Ágústína grimpe sur les hauteurs du village pour s’allonger dans le carré de rhubarbe sauvage, à méditer sur Dieu, la beauté des nombres, le chaos du monde et ses jambes de coton. C’est là, dit-on, qu’elle fut conçue, avant d’être confiée aux bons soins de la chère Nína, experte en confiture de rhubarbe, boudin de mouton et autres délices.

Singulière, arrogante et tendre, Ágústína ignore avec une dignité de chat les contingences de la vie, collectionne les lettres de sa mère partie aux antipodes à la poursuite des oiseaux migrateurs, chante en solo dans un groupe de rock et se découvre ange ou sirène sous le regard amoureux de Salómon. Mais Ágústína fomente elle aussi un grand voyage : l’ascension de la « Montagne », huit cent quarante-quatre mètres dont elle compte bien venir à bout, armée de ses béquilles, pour enfin contempler le monde, vu d’en haut…

 

 

Le rouge vif de la rhubarbe c’est de la poésie, de la vie et du voyage à chaque page.... C’est l’omniprésence de la rhubarbe : rhubarbe comme source de vie, rhubarbe comme lieu de sérénité, rhubarbe qui rythme la journée…

Je me suis laissée prendre par cette vague de mots, et j’ai viré au large jusque dans un monde poétique et doux qu’est celui de l’auteure. C’est le deuxième roman que je lis d’elle et encore une fois je suis conquise ! Elle dépeint l’Islande d’une façon tellement belle, douce, poétique mais sans l’once d’un mensonge ! Et ses personnages principaux ont tous quelque chose de fascinant à suivre !

J’ai beaucoup apprécié Angustina, cette petite fille pleine de vie et d’espoir qui aime se cacher dans les pieds de rhubarbes. J’ai aimé connaître sa vie, et celles des personnes qui l’entourent. J’ai aimé lire (relire) avec elle les lettres de sa mère… Je suis tombée sous le charme de cette petite fille qui voudrait juste avoir « une vue d’ensemble » sur la vie et gravir les montagnes !

« Pourtant ce qu’elle ambitionnait dans la vie c’était d’avoir une vue d’ensemble ; pour y parvenir il lui fallait monter très haut, bien plus haut que la chambre de la tour ».

 

Un livre que vous ouvrez à un moment donné et qui vous emporte encore plus loin que vous ne l’aurez pensé ! Un petit bijou de la littérature frais et enivrant !

 Un voyage dans le cœur de l’Islande tout en douceur et en bonne compagnie, voilà ce qu’est chaque roman d’Audur Ava Olafsdottir !

 

Bonne Lecture :)