Un grand merci aux éditions Albin Michel pour cet envoi !

 

                                                       51CxKwVbe3L

 

Charmer, s’égarer et mourir résume la vie de Marie-Antoinette de son arrivée à Versailles, encore enfant, jusqu’au jour de sa mort, sur l’échafaud.

Le roman alterne entre récits historiques, récits d’amour et réflexions sur certaines informations controversées de l’Histoire.

Christine Orban nous donne un nouveau regard sur Marie-Antoinette. Elle la montre comme une femme en devenir, une femme mère, une femme amoureuse qui, jusqu’au jour de sa mort, gardera la tête haute.

L’auteure nous dévoile aussi ses ressentis personnels, ceux qu’elle a éprouvé lors de sa première rencontre avec Marie-Antoinette, ceux qu’elle ressent au moment de l’écriture… Un réel lien s’établit alors entre Christine Orban et le « sujet » de son roman : Marie-Antoinette.

 

Il s’agit là d’un véritable travail « d’enquête » parsemé d’une écriture fluide et délicate. Comme l’écrit Christine Orban, son but n’est pas de faire aimer Marie-Antoinette mais d’éclaircir certains points à son sujet, à son Histoire et de la montrer en tant que femme et non pas en tant que reine, de montrer la vraie Marie-Antoinette.

Ce livre m’a appris beaucoup de choses tant sur l’Histoire, les mœurs de l’époque, mais surtout sur Marie-Antoinette. J’ai eu l’impression de la voir devant moi tout au long de ma lecture et d’être à côté d’elle lors des moments les plus difficiles. Et pour tout vous dire, je n’aurais pas cru pouvoir m’attacher autant à elle !

C’est une biographie originale, romancée et réfléchie dans laquelle Christine Orban nous fait part de son aventure personnelle, celle d’écrire sur Marie-Antoinette et d’apprendre à la connaitre, mais aussi l’aventure de Marie-Antoinette, la vie d'une femme devenue reine.  

 

 

« Tout le monde croit la connaître. C’est qu’elle appartient à l’Histoire. Comme la plupart d’entre nous, je l’ai mal jugée. »

« J’ai appris à la connaitre. Je n’aurais pu imaginer la difficulté de me séparer d’elle. Le point final ne termine rien. Elle va continuer à m’habiter, je le sais. »

 

Bonne Lecture :)