IMG_5263

                                      (lu dans le cadre d'une Masse Critique de Babelio)

 

Ce roman commence à New York où nous retrouvons Simon Mandel. Âgé d’une quarantaine d’années, cet architecte à tout pour lui : il exerce son métier rêvé, vit dans un bel immeuble et a même construit une tour sur le West Side : la Mandel Tower !

Mais derrière cette « carapace », derrière toutes ces apparences, se cache une âme blessée…

En effet, son passé français le rappelle à lui, les temps pendant lesquels il s’était engagé dans la résistance, sa blessure de 1944, et son retour à la vie. Ce retour en 1945 dans une vie vide de tout être aimé… Oui, la guerre lui a pris des êtres chers, son seul objectif réside alors dans une mission : retrouvé son petit frère Elie.

De ce fait, Simon accepte de s’engager dans une patrouille (il devient dépisteur pour les Eclaireurs Israélites de France) chargée de retrouver les enfants juifs dans toute la France, et dont les parents ne sont pas revenus des camps. Avec Lena, une survivante polonaise du ghetto de Varsovie, ils doivent enquêter dans plusieurs villes de France, retrouver les enfants, et, pour les plus chanceux, les ramener aux membres de leur famille les plus proches.

 

C’est une histoire humaine que j’ai découverte en ouvrant le livre. Dans un contexte connu de tous qu’est la seconde guerre mondiale, Ariane Bois nous dévoile une partie de l’histoire qui reste « méconnue », celle des scouts, militants, combattants, qui veulent garder leur identité juive et la perpétuer en retrouvant et accueillant dans des centres les enfants juifs (qui étaient auparavant cachés et logés dans des familles à la campagne ou dans d’autres villes)… Mais cette mission n’est pas une des plus difficiles, et il faut passer par plusieurs étapes pour y arriver. Entre horreurs, retrouvailles, recherches infructueuses, ce livre nous emmène loin, nous transporte.

Personnellement, il m’a été dur de « lâcher » ce livre ! J’ai ressentis différents sentiments tout au long de ma lecture, décidemment, l’écriture d’Ariane Bois nous « transperce » littéralement !

On dit souvent que l’amour nous pousse à faire des choses que l’on regrettera sûrement un jour, mais dans ce cas-là, l’amour pousse Simon à surpasser et à accomplir des actes merveilleux !

C’est un coup de cœur pour moi et j’espère que vous aurez l’envie ou la curiosité de lire ce roman !

 

Bonne Lecture! :)