Dans un voyage, les émotions sont plus fortes que tout…. J’ai donc choisis pour cette troisième étape du BookTrip de lire, ou plutôt relire, Le journal d’Anne Frank..

                                    qkpjKsVyP-c7xJpYMDqH

Nous connaissons bien évidemment tous cette histoire, ce journal tenu durant la seconde guerre mondiale par Anne, fille juive partie se cacher avec sa famille en Hollande. Réfugiés (avec une autre famille et un homme) dans l’Annexe, leur nouveau domicile, ils survivront dans cet endroit coupés du monde extérieur grâce à leurs bienfaiteurs qui leur emporteront de quoi subsister et des nouvelles du front.

Ce journal, recueil de lettres destinées à «  l’amie parfaite » selon Anne, est simplement dit émouvant. Je me suis laissé transporter par l’écriture fragile mais réfléchis d’une jeune fille qui garde l’envie, l’amour de la culture, du savoir et de l’apprentissage durant tout ce temps. Cette fille image d’innocence et de préoccupations liées à son jeune âge.

Durant cette lecture, Anne axe fortement sur ses relations familiales et amicales. Nous découvrons alors un nouveau point de vue de l’occupation allemande, un point de vue qui préfère nous parler de la vie qui continue et des rêves… Un point de vue d’espérance et d’avenir.

C’est un sentiment de vide que m’a laissée cette lecture, un sentiment d’impuissance face à ces faits, un sentiment de peur, peur de savoir ce qu’il se passe pendant le temps de l’écriture, sur le front et dans les camps de concentration mais aussi un sentiment de peur (et de tristesse) en connaissant le fin de cette histoire, la fin de ces mots…

 

Il s’agit pour moi d’un « classique » de l’occupation allemande. D’un roman d’espérance mais aussi d’amour, amour de l’écriture, des mots et su savoir, d’amour de la vie tout simplement.

« Je veux continuer à vivre même après ma mort »

Sans prétention ni humour, je pense sincèrement, que ce souhait s’est réalisé, Anne Franck continue à vivre grâce au pouvoir de l’écriture et accompagne chacun de nous durant notre lecture…

« En écrivant, je me débarrasse de tout, mon chagrin disparait, et mon chagrin renait. »

 

Bonne Lecture :)