Ne partant pas en vacances, nous avons eu l’idée avec Pauline du blog mangeonsleslivres de se faire notre petit roadtrip version livres d’été. Au programme : quatre livres (chacun lu en deux semaines). Pour cette première escale en France, Pauline a choisi de lire Sweet Sixteen . Et quantà moi je me suis plongée dans La Petite fille de monsieur Linh.

 

                                               9782253115540-T

C’est le cœur ouvert et curieux que j’ai démarré cette petite lecture. Je ne connaissais pas l’auteur et ne savais à quoi m’attendre…

 

Nous suivons Monsieur Linh, un vieillard qui a dû fuir son pays en guerre. Avec lui, un nourrisson : sa petite fille Sand diû. C’est en lisant de simple mots et de simple phrases que nous nous plongeons dans les ressentis de ce vieil homme pour qui je ressentais plein de compassion. Quels sont les sentiments présent de le cœur d’un individu devant fuir son passé, sa vie, ses souvenirs ? Comment subsister et quelles forces sont nécessaires à continuer de vivre lorsque tout nous échappe ?

C’est alors pour cette petite fille que monsieur Linh a pris cette décision. Il serait bien resté dans son pays en guerre, mais elle n’aurait pas pu y grandir. Six semaines de voyages ont alors été nécessaires à parvenir à cette destinée, dans ce pays sans odeur  dans lequel les prénoms de veulent rien dire ; dans ce dortoirs empli de personnes comme lui.

Le vieil homme n’ose, en premier lieu, par sortir et découvrir ce nouveau « monde » par peur. Mais une simple rencontre peut bouleverser l’ordre des choses.

 

Une histoire d’amour envers ses origines mais aussi d’amour humain (l’amour que porte cet homme envers sa petite fille mais aussi l’amour/ amitié qui peut se crée envers les personnes). C’est un livre très humain qui m’a beaucoup plu et je l’ai refermé en souriant, surprise de la fin.

 

Bonne Lecture ! :)